Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Accueil > GP DE MONTRÉAL: LES CANADIENS EN QUÊTE DE STANDARDS POUR LES MONDIAUX EN SALLE

GP DE MONTRÉAL: LES CANADIENS EN QUÊTE DE STANDARDS POUR LES MONDIAUX EN SALLE

GP DE MONTRÉAL: LES CANADIENS EN QUÊTE DE STANDARDS POUR LES MONDIAUX EN SALLE

2017-12-15

Par Laurent Godbout

Montréal (15 décembre) - Athlétisme Canada nous a confirmé aujourd'hui la participation de plusieurs athlètes de haut niveau pour le Grand Prix de Montréal en salle 2018. Dans une première vague de confirmations, on doit d'abord souligner la participation de plusieurs excellents athlètes canadiens, membres de l'équipe olympique en 2016. Sage Watson, Micha Powell, Sekou Kaba et Sasha Gollish ont inscrit Montréal et la date du 10 février à leur agenda pour une bonne raison. Comme plusieurs autres internationaux, ils chercheront à se qualifier pour les championnats du monde en salle qui auront à Birmingham en Angleterre du 1er au 4 mars. 

Sage Watson, au 400 mètres

Sage Watson, 6ème du 400 mètres haies aux Mondiaux de Londres 2017, n'en sera pas à sa première visite en sol québécois. C'est ici, plus précisément à Sainte-Thérèse, qu'elle avait remporté les titres nationaux du 400 et du 400 mètres haies en 2013. En février, elle sera de la partie pour le 400 mètres féminin du GP de Montréal.

Watson, 23 ans, originaire de Medecine Hat, Alberta, avait épaté la galerie aux Jeux olympiques de Rio, aidant le Canada à prendre le 4ème rang du relais 4 x 400 mètres. Championne NCAA en 2017 avec un record personnel de 54.52 sec au 400 mètres haies, Watson se débrouille très bien sur le plat comme en fait foi son chrono de 51.84 réalisé en mars 2017. 

Watson ne sera pas seule et l'opposition qu'elle rencontrera sera aussi canadienne voire même un p'tit brin québécoise. En effet, le Grand Prix de Montréal sera en queque sorte un retour aux sources pour Micha Powell. Née à Montréal en 1995, Micha est la fille de notre olympienne Rosey Edeh. Membre de l'équipe olympique du relais 4 x 400 mètres à Rio, Micha n'avait malheureusement pas été appelée à prendre le départ par les entraîneurs canadiens. Avec un record personnel en salle de 52.78 en 2017, l'athlète diplômée de l'université du Maryland en sera vraisemblablement à sa première compétition en sol montréalais. Bienvenue à Montréal Micha!

Nos deux Canadiennes auront fort à faire pour ce 400 mètres puisqu'on y retrouvera Taylor Washington des États-Unis. En 2016, Washington était 4ème des essais olympiques avec un PB de 50.25, assez pour se retrouver sur le relais 4 x 400 mètres à Rio. Washington avait alors participé à la ronde de qualification du relais mais pas à la finale. Elle remportait néanmoins la médaille d'or pour sa contribution en qualifications.

Sekou Kaba et Sasha Gollish

Ceux d'entre vous qui suivent un tant soit peu l'athlétisme canadien connaissent les parcours exceptionnels de Sekou Kaba et de Sasha Gollish. Kaba, âgé de 27 ans, est né à Conakry en Guinée. Sa famille déménageait au Canada en 2007 après avoir immigré aux États-Unis en 2001. Devenu citoyen canadien en 2012, il parvenait à se qualifier pour les championnats du monde IAAF en 2015 et finalement pour les Jeux olympiques de Rio en 2016. Kaba sera confronté à un plateau exceptionnel au 60 mètres haies à Montréal. Entre autres, on y retrouvera le Jamaïcain Andrew Riley, champion des Jeux du Commonwealth en 2014.

Sasha Gollish, victorieuse au Mile du Grand Prix en 2017, revient à Montréal pour une deuxième année consécutive. Gollish n'est pas (encore ) une olympienne, mais son parcours d'athlète n'en est pas moins fascinant. À 35 ans, elle est la preuve vivante qu'il n'est jamais trop tard pour s'affirmer au plus haut niveau. Recrue universitaire de l'année en 2000 avec l'équipe de cross-country de l'Université de Toronto, elle délaissera la compétition en athlétisme pour se tourner vers d'autres sports: cyclisme, duathlon, triathlon, et même le frisbee ultimate! Au cours de ses études en économie et en génie, elle fonde une famille et continue à pratiquer plusieurs sports. Après plusieurs années de sport récréatif, elle reprend l'entraînement «sérieux» en athlétisme et revient à la compétition en 2014. En 2015, elle remporte trois titres canadiens universitaires et décroche ensuite une première sélection en équipe nationale, pour les Jeux panaméricains à Toronto, où elle remporte la médaille de bronze au 1500 mètres. Et depuis 2015, elle repousse ses limites sur toutes les distances, du 800 mètres (2:02.90) au demi-marathon (1h11.05).

Plusieurs internationaux confirmés

Plusieurs athlètes internationaux ont déjà confirmé auprès d'Athlétisme Canada leur présence au Grand Prix de Montréal. Au 60 mètres féminin, Remona Burchell de Jamaïque, trois fois championne NCAA, Javianne Oliver, des États-Unis, 11ème au monde en 2017 (7.14). Au 60 mètres haies masculin, en plus du Jamaïcain Riley, on pourra aussi voir les amércains Dondre Echols (7.66) et Cameron Hall (7.73). La présence des américaines Monique Riddick (17,66m) et Jeneva Stevens (19,11m) placera le concours féminin du lancer du poids au plus haut niveau. Stevens, déjà à 18,25 mètres cette année, était 1ère mondiale au moment d'accepter l'invitation du GP de Montréal.

Toutes les nouvelles sur le GP d'athlétisme de Montréal en salle.

Toutes les nouvelles