Fédération Québécoise d'Athlétisme

LES QUÉBÉCOIS DANS LES GRANDS RENDEZ-VOUS INTERNATIONAUX : LES JEUX DU COMMONWEALTH

LES QUÉBÉCOIS DANS LES GRANDS RENDEZ-VOUS INTERNATIONAUX : LES JEUX DU COMMONWEALTH

2018-12-17

Par Denis Poulet

C'est aux Jeux du Commonwealth que les Québécois ont remporté leurs plus grands succès sur la scène internationale de l'athlétisme. Ils y ont récolté en effet un total de 44 médailles, soit 12 en or, 15 en argent et 17 en bronze. C'est 13,5 % du nombre de médailles total du Canada (323). En comparaison, aux Jeux panaméricains, les Québécois n'ont amassé que 15 médailles (2-5-8). 

Médaillés québécois aux Jeux ...

Lire la suite >

Partager

Partager

Accueil > Accueil > MARATHON DE BERLIN 2018 : ARIANNE RABY, PREMIÈRE QUÉBÉCOISE ET TROISIÈME CANADIENNE

MARATHON DE BERLIN 2018 : ARIANNE RABY, PREMIÈRE QUÉBÉCOISE ET TROISIÈME CANADIENNE

MARATHON DE BERLIN 2018 : ARIANNE RABY, PREMIÈRE QUÉBÉCOISE ET TROISIÈME CANADIENNE

2018-09-17

Par Fédération québécoise d'athlétisme 

Montréal (17 septembre 2018) -  Hier matin à 9h15 (3h15 EAH), près de 45 000 coureurs ont pris le départ du Marathon de Berlin, en Allemagne, qui en était à sa 45e édition. Sous une température automnale jugée optimale autour des 20°C à l'arrivée, Arianne Raby a fait une performance remarquable.

Arianne Raby, 29 ans et coureuse élite québécoise a franchi la ligne d'arrivée en 2 h 39'27, battant son record personnel de 2 minutes 31 secondes établi au Marathon d'Ottawa en mai 2017.

Une athlète persistante

Suite à une année difficile en performances, Arianne a pris le départ du Marathon de Berlin ce matin dans un état d'esprit serein et enthousiaste : « J'étais assise avec Eliud Kipchoge dans l'autobus [gagnant du marathon et détenteur du record du monde de la discipline], une personne très humble et zen. J'avais hâte de courir et de faire de mon mieux. »

 

Face à son exploit, l'athlète se dit « persistante ». Dans les derniers mois, Arianne a beaucoup travaillé sur sa préparation mentale, un incontournable de la psychologie sportive pour qu'un athlète puisse se libérer de son plein potentiel. Malgré un départ trop rapide, mais munie d'une volonté de fer, Ariane a fait preuve de positivisme tout au long du parcours : « Je me suis dit que ça allait faire mal plus tard et j'étais prête à maintenir le rythme et endurer la douleur!». Globalement heureuse, mais pas encore satisfaite, Arianne comprend tranquillement ce qu'elle doit faire pour être à son meilleur. Sans aucun doute, ça promet pour notre championne québécoise!

> Les résultats complets

 

Toutes les nouvelles