Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > La FQA > L'Athlétisme > Histoire de l'athlétisme au Québec


HISTOIRE DE L'ATHLÉTISME AU QUÉBEC

À ses premiers jours, l'athlétisme au Québec vivait vraiment comme un sport amateur dans sa signification la plus originale et la plus puritaine qui soit. C'est en 1881 qu'apparait le premier club d'athlétisme chez nous; le Montreal  Amateur Athletic Association (M.A.A.A.). Sport de compétition, l'athlétisme n'avait alors pas d'entraîneurs, pas de littérature spécialisée. On ne s'y entraînait pas de façon spécifique.

Les compétitions

Les compétitions s'inscrivaient souvent dans le cadre de foires ou de festivals ethniques. On pense, par exemple, aux « Caledonian Games » à Lachine, une grande foire pour la communauté irlandaise. On courait aussi sur les pistes de chevaux.

Sur la piste du M.A.A.A. à Westmount, on courait chaque semaine des courses avec handicap. Deux coureurs placés à quelques mètres l'un de l'autre se disputaient la victoire. Le premier parcourait une distance bien précise, tandis que l'autre, placé derrière, essayait de le rattraper.

Au Québec, le calendrier des compétitions se résumait à peu de choses: Les Jeux Calédoniens à Lachine, une rencontre au Brown Stadium à Verdun, la rencontre annuelle entre policiers au Stade Molson, les courses hebdomadaires avec handicap et le cross-country annuel du quotidien « La Patrie » dans le Parc Maisonneuve.

Seuls les plus fortunés pouvaient se permettre de prendre part à des compétitions à l'extérieur de la province, ce qui limitait la représentativité potentielle du Québec sur les équipes canadiennes. Quelques membres du M.A.A.A. participaient régulièrement à d'autres compétitions disputées à l'extérieur du Québec comme les championnats canadiens, des matchs contre l'Université du Vermont et le Middlebury College, ainsi que des « exhibition games » de Toronto et Ottawa tenues sur des pistes de chevaux de un demi-mille.

L'atmosphère y était fort différente d'aujourd'hui alors que la détente prenait plus d'importance que la compétition. Plus souvent, le gagnant retirait de sa victoire le traditionnel ruban ou une chope de bière.

Méthodes d'entraînement

Si les athlètes réalisaient d'excellentes performances, c'était en raison de leur « entraînement naturel » comme en faisait foi le regretté Ian Hume: « Je lançais au baseball l'été, ce qui m'aidait pour le javelot. L'hiver, je jouais au basketball, ce qui m'aidait pour la détente en saut en hauteur. Sur la ferme, il fallait souvent travailler à un mille (1,6 km) de la maison. Si on voulait avoir plus de temps pour jouer, on courait.» C'est avec un tel entraînement que Ian Hume a franchi 1,82 m (6 pieds) en hauteur avec la technique du « ciseau ».

Un autre exemple: l'entraînement de Tom Lord, membre du M.A.A.A. et coureur de demi-fond.

Semaine typique pour courses de 880 verges (800 mètres) :

Jour 1 - course de distance à rythme moyen, environ 3 milles (4,8 km)
Jour 2 - court échauffement, 1 x 660 verges (600m) très rapide
Jour 3 - court échauffement, 1 x 440 verges (400m) très rapide
Jour 4 - repos
Jour 5 - compétition, course avec handicap
Jour 6 - repos
Jour 7 - repos

C'est avec un entraînement semblable que Tom Lord devenait champion canadien sur 880 verges en 1935 avec un temps de 1:59.9.

Saison hivernale

La plupart des athlètes cessaient leur entraînement en période hivernale pour plutôt s'adonner aux courses de raquettes. On avait aussi tenté en 1933 d'organiser une importante rencontre internationale d'athlétisme au Forum. Malgré la présence du champion olympique du 800 mètres de 1932, Glenn Cunningham, les estrades demeuraient vides.

Les vedettes de l'époque

La presque totalité des vedettes de l'athlétisme québécois provenaient du M.A.A.A. et du Montréal Police A.A.A. Dès 1883, W.R. Thompson du M.A.A.A. remportait le championnat canadien aux 100 verges en 10 secondes justes, performance extrêmement rapide pour l'époque. De 1881 à 1936, les membres du M.A.A.A. se sont adjugés à eux seuls 58 titres canadiens.

Le premier athlète québécois à participer aux Jeux Olympiques fut un policier de Montréal du nom d'Étienne Desmarteau. Pour une première, c'en fut toute une, puisque Desmarteau prenait la médaille d'or au lancer du poids de 56 lb en 1904 à St-Louis avec un jet de 10,46 mètres.  Il y eut ensuite au moins un Québécois membre de l'équipe canadienne entre 1904 et 1936, sauf aux Jeux d'Anvers en 1920. Pour cette période, 5 des 7 athlètes du Québec provenaient du M.A.A.A.

Peu de gens le savent, mais c'est en 1915 qu'un Québécois remportait pour la première fois le prestigieux Marathon de Boston. Membre du Richmond Athletic Club, Édouard Fabre parcourait le trajet d'alors 25 milles en un peu plus de 2 heures 31 minutes.

Il fallut attendre 1932 pour voir un premier athlète québécois s'illustrer sur la scène internationale en remportant une médaille olympique. Il s'agissait cette fois d'une femme, en l'occurrence la Montréalaise Hilda Strike. Cette dernière réalisa des performances exceptionnelles aux 100 mètres et relais 4 x 100 mètres, mais devait se contenter d'une médaille d'argent à chaque occasion. Au 100 mètres, elle terminait deuxième mais chronométrée en 11.9 secondes, même temps que la première, la Polonaise Stanislawa Walasiewicz (Stella Walsh), un record mondial à cette époque. Ce n'est qu'à la mort de Walasiewicz, en 1980, qu'on découvrait à l'autopsie qu' «il » était de sexe masculin. Le titre olympique longuement réclamé au CIO pour Hilda Strike a fait l'objet d'une étude mais aucune médaille n'a été retirée à Walsh

Aux Jeux d'Amsterdam de 1928, la Canadienne Myrtle Cook décrochait une médaille d'or au relais 4 x 100 mètres. Alors Torontoise, Mlle Cook se dénicha un emploi comme journaliste sportive au quotidien « The Montreal Star » en 1929. Écrivant régulièrement sur les activités de l'athlétisme québécois, elle devint même entraîneur de quelques athlètes montréalais pendant un certain temps.


1934 : L'ATHLÉTISME S'ORGANISE

FONDATION DE LA « PROVINCE OF QUÉBEC TRACK AND FIELD ASSOCIATION »

Auparavant, le sport au Canada et au Québec était régi par l'Amateur Athletic Union of Canada (AAUC). Cette dernière englobait plusieurs disciplines sportives dont l'athlétisme. En 1934, la Province of Quebec Track and Field Association (PQTFA) fut fondée afin de donner plus de poids aux demandes de l'athlétisme d'ici sur l'AAUC. La PQTFA innovait au Canada en devenant la première association ou regroupement indépendant en athlétisme. Ses fondateurs sont demeurés longtemps impliqués dans l'athlétisme canadien.

Le premier président de cette association fut le Dr. Arthur S. Lamb, qui était également directeur des sports à l'université McGill. Le premier secrétaire en fut Tom Lord, qui est demeuré actif dans le monde de l'athlétisme pendant plus de 50 ans. Cet exécutif est demeuré inchangé jusqu'à la Deuxième Guerre Mondiale.

Les clubs

On dénombrait un peu plus d'une dizaine de clubs à ce moment au Québec. Le plus gros en effectif était évidemment le Montreal M.A.A.A. Mais il y avait aussi le Montréal Police A.A.A., North End Eagles A.A., Richmond A.C., Québec Swimming & Athletic Club, Royal Rover Harriers (Verdun), Sherbrooke YMCA, Central YMCA, Curs Joyeux, les Whippets et les Pirates (Lachine).  De nouveaux clubs, comme l'Association Sportive de Québec, le Canadian Celanese Sports Club (Drummondville), et le Castor A.A.A. se joignaient à cette nouvelle association au cours de la première année d'existence de la PQTFA. Il en coûtait 5$ par année pour être membre en règle de la PQTFA. Ce montant était assez élevé considérant la récession économique qui sévissait depuis 1929.

Le calendrier de la PQTFA comptait alors une compétition de type «duel», douze compétitions de type «Open» et sept compétitions de type «Handicap». La PQTFA sanctionnait alors quatorze épreuves sur route, sur des distances variant de 3 milles (4,8 km) à 18 milles (28,8 km).

C'est à un membre du M.A.A.A. qu'est allé l'honneur d'être le premier Canadien à parcourir le mille en moins de 4:20. En 1934, il s'agissait d'une barrière encore difficile à franchir. Les Wade a réalisé l'exploit lors des Jeux de l'Empire Britannique, maintenant Jeux du Commonwealth, en arrêtant le chronomètre à 4:19.9. Un autre Québécois s'est illustré durant cette période. Il s'agit de James Worrall du M.A.A.A. Worrall a participé en 1936 aux Jeux de Berlin sur 110 mètres haies et 400 mètres haies. Worrall est par la suite devenu directeur du Comité Olympique Canadien. En 1937, Walter Young causait une surprise en remportant le Marathon de Boston. Sa victoire lui permit par la suite de trouver un emploi dans la police de la municipalité de Verdun.

On retrouve des informations particulièrement savoureuses dans le rapport annuel de 1934. Comme celle-ci, où les membres de l'association  autorisaient le secrétaire Tom Lord à une dépense de 1$ pour l'achat d'un cartable afin d'y consigner les rapports de compétitions et courses!

Malgré des activités réduites par la Deuxième Guerre mondiale, la rencontre annuelle des policiers avait toujours lieu. Les épreuves? Il y avait le lancer du poteau, communément appelée « the caber throw ». Il y avait aussi le lancer vertical du marteau, le saut en longueur sans élan, en plus des courses. La rencontre d'athlétisme de la Police eut lieu pour la dernière fois en 1951.

 

Période de l'après-guerre

Le Colonel Jack Davies prit la relève de la PQTFA après la guerre et demeura président jusqu'en 1953. C'est à cette époque que le club Mont-Royal Francs-Amis vit le jour. En 1948, le club naissait de la fusion du Mount-Royal Track Club et Les Francs-Amis. Le club instaura l'année suivante ce qui devait devenir une grande classique: La Course du Parc Lafontaine. Elle en est aujourd'hui à sa 65e édition! C'est aussi à ce moment que Gérard Côté se voyait consacré comme étant l'un des grands coureurs de fond de l'histoire en remportant le prestigieux Marathon de Boston pour la quatrième fois en 1948. Après sa fructueuse carrière de marathonien, Côté organisa pendant quelques années un important marathon à St-Hyacinthe où l'on retrouvait plusieurs vedettes de l'époque.

 

Les francophones en athlétisme

Malgré les succès de Côté, les francophones ont mis beaucoup de temps avant de s'impliquer plus sérieusement en athlétisme au Québec. L'un des premiers clubs francophones avec les Francs-Amis fut celui du Collège Brébeuf. C'est le Jésuite Gérard Brunelle qui s'impliqua. Club actif, le Collège Brébeuf fit même le premier à organiser une compétition incluant des épreuves combinées. Un autre club parmi les pionniers francophones fut celui du Collège St-Stanislas. Graduellement, d'autres institutions du réseau des collèges classiques ainsi que des écoles publiques emboîtèrent le pas. Mais on dut attendre au milieu des années '60 et la « Révolution Tranquille » avant de voir des francophones moins intimidés par la pratique de l'athlétisme.

 

Rencontres internationales

Dès les années 1920, les prestigieuses Oxford University et Cambridge d'Angleterre déléguaient une équipe d'athlétisme pour une tournée nord-américaine à tous les quatre ans.

Cependant, la première rencontre vraiment d'envergure internationale (plusieurs pays de plusieurs continents) eut lieu en 1967 à l'Autostade pour un match Europe-Amérique. Plusieurs grands noms de l'athlétisme mondial foulèrent la piste du défunt stade construit à l'occasion de l'Expo 67. Des athlètes tels que Bob Beamon et Ralph Boston, Lee Evans, Willie Davenport, John Carlos, des États-Unis. Le Belge Gaston Roelants et la Polonaise Irena Szewinska, en plus d'un invité spécial, le légendaire Emil Zatopek, étaient tous présents. Le match fut un succès au plan des performances mais se déroula devant très peu de spectateurs

 

Francisation et naissance de la FAQ

Le nombre de plus en plus imposant de francophones en athlétisme amena Dave Lach des Francs-Amis et Melita Hume à proposer et effectuer un changement et franciser l'appellation de l'association. C'est ainsi que la PQTFA devint l'Association d'Athlétisme Amateur de la Province de Québec (AAAPQ) le 24 février 1967. D'autres changements s'imposaient et c'est lors d'un congrès réunissant tous les intervenants de l'athlétisme au Québec que naissait la Fédération d'athlétisme du Québec (FAQ) les 5 et 6 décembre 1970.

 

Jeux Olympiques de Montréal - 1976

Influencé par Ian Hume et Pierre Charbonneau, le maire Drapeau proposa la candidature de Montréal comme ville hôte des Jeux Olympiques de 1976, avec le succès que l'on connaît. Malgré des Jeux bien organisés et une excellente compétition, qui suscitèrent l'émergence de vedettes comme Claude Ferragne et donnèrent des installations sportives de première qualité aux Montréalais, le déficit astronomique et un boycottage des pays africains restent encore gravés à la mémoire de bien des gens.

Au lendemain des Jeux, plusieurs événements internationaux eurent lieu au Québec. La Coupe du Monde II en 1979 à Montréal, le Marathon International de Montréal, qui fut aussi organisé pour la première fois en 1979. C'est là que Jacqueline Gareau y connut un des beaux moments de sa carrière internationale. Par la suite, le Marathon International de Montréal  attira quantité de vedettes internationales pendant une douzaine d'années.

Les années '70 furent aussi marquées par l'organisation de plusieurs matchs internationaux en salle entre le Canada et des pays européens. Le premier connut un succès retentissant tant au plan athlétique que financier. Cette première confrontation entre le Canada et l'URSS au Forum de Montréal en 1972 demeure toujours un fait saillant de l'histoire de l'athlétisme au Québec. Le Canada affronta par la suite la République Fédérale d'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et l'URSS à nouveau avant de terminer cette série par des matchs contre l'Italie au Centre Claude-Robillard et la Belgique au Forum.

Les Québécois aux Jeux olympiques

La participation des athlètes québécois aux Jeux olympiques passa de zéro, en 1960 et 1964, à neuf aux Jeux olympiques de Montréal en 1976. Après le boycottage des Jeux de Moscou en 1980, pas moins de 12 Québécois se qualifièrent membres au sein de l'équipe canadienne pour les Jeux de Los Angeles. C'était alors la plus forte représentativité du Québec dans cette discipline. Aux Jeux olympiques de Séoul en 1988, on retrouvait 13 athlètes du Québec au sein d'une équipe canadienne de 56 athlètes, soit le plus haut pourcentage jamais atteint.

Si la quantité d'athlètes du Québec fit défaut par la suite, on peut dire que la qualité était au rendez-vous, notamment au cours des années '90.

Aux Jeux de Barcelone en 1992, Guillaume Leblanc, originaire de Sept-Iles, remporte la médaille d'argent aux 20 kilomètres marche. Du coup, il devint le premier athlète québécois à remporter une médaille individuelle en athlétisme depuis Etienne Desmarteau en 1904. Cette réalisation venait couronner une carrière exceptionnelle au cours de laquelle Leblanc remporta l'or aux Jeux du Commonwealth et aux Jeux mondiaux universitaires.

La dernière décennie du 20e siècle fut également marquée du sceau de l'excellence par le sprinter Bruny Surin. Après avoir participé aux Jeux olympiques de Séoul au saut en longueur, Surin remportait deux titres consécutifs de champion du monde en salle aux 60 mètres, en 1993 et 1995. En 1995, le sprinter québécois remporte la médaille d'or au sein du relais canadien du 4 x 100 mètres des championnats du monde de l'IAAF à Göteborg en Suède. Un an plus tard, il répète l'exploit, enlevant la médaille d'or du relais 4 x 100 mètres aux Jeux olympiques d'Atlanta.  Surin n'en restera pas là. En 1999, il remporte la médaille d'argent aux 100 mètres des championnats du monde de l'IAAF à Séville, avec un chrono de 9,84 secondes, faisant de lui l'un des trois hommes les plus rapides de tous les temps.

Dans un univers sportif en constante évolution, l'intégration des athlètes qu'on appela d'abord «handicapés» en athlétisme, nous révéla une des grandes championnes québécoises. Au cours de sa brillante carrière, l'athlète en fauteuil roulant Chantal Petitclerc remporta une médaille d'or olympique à Pékin en 2008 et 21 médailles paralympiques, dont 14 d'or. Au sommet de sa carrière en 2008, Chantal Petitclerc détenait cinq records du monde et cinq records des Jeux paralympiques. Ses exploits ont grandement contribué à changer les mentalités envers le sport paralympique.

L'athlétisme québécois a vécu au-delà de 80 ans d'organisation, et plus de 130 ans d'histoire.

Dans un monde de plus en plus compétitif, la bataille pour monter sur les podiums est féroce. Malgré presqu'un siècle d'histoire, on peut dire de l'athlétisme québécois qu'il est encore jeune.

Sa présence dans la tradition sportive du Québec laisse une empreinte évidente sur les jeunes et les moins jeunes qui l'ont vu grandir et nous tous qui pouvons l'aider à ocuper une place plus importante dans cette tradition.

 HAUTS FAITS DE L'ATHLÉTISME QUÉBÉCOIS

1881 Premier club d'athlétisme au Québec, le Montreal Amateur Athletic Association (M.A.A.A.)
1904 Médaille d'or du Montréalais Étienne Desmarteau lors des Jeux olympiques de St-Louis au lancer du poids de 56 lb.
1912  Frank Lukeman et William Happenny obtiennent des médailles de bronze aux Jeux Olympiques mais de façon inusitée.
1915  Premier Québécois à remporter le Marathon de Boston: Édouard Fabre du Richmond A.C.
1932  Deux médailles d'argent aux Olympiques de Los Angeles de la Montréalaise Hilda Strike au 100 m et 4 x 100 mètres.
1934 Fondation du « Province of Quebec Track & Field Association »
Premier canadien à franchir la barrière des 4:20 min. au mille, le Montréalais, Les Wade en 4:19.9 min.
1937  Victoire au Marathon de Boston du Verdunois Walter Young.
1940 Première victoire de Gérard Côté au Marathon de Boston.
1948 4ième victoire de Gérard Côté au Marathon de Boston.
1949 Première édition de la Classique du Parc Lafontaine organisée par les Francs-Amis.
1963 Nicola Marrone remporte la médaille d'argent aux 20 km marche des Jeux panaméricains à Sao Paulo, Brésil.
1967 La PQTFA devient maintenant l'Association d'Athlétisme Amateur de la Province du Québec (A.A.A.P.Q.).
- Première véritable rencontre internationale d'athlétisme en sol québécois: Match Europe - Amérique à l'Autostade de Montréal
1970 L'AAAPQ est dissoute et le 6 décembre à l'Estérel. Naissance de la Fédération d'athlétisme du Québec
1975 Lucette Moreau remporte la médaille de bronze au lancer du poids aux Jeux Panaméricains  à Mexico.
1976 Montréal accueille les XXIième Jeux Olympiques de l'ère moderne.
1978 Médailles d'or de Claude Ferragne et Carmen Ionesco aux Jeux du Commonwealth à Edmonton.
- Claude Ferragne est proclamé athlète amateur de la décennie.
1979 Montréal est le site de la 2ième Coupe du Monde d'athlétisme.
- Première édition du Marathon International de Montréal.
- Aux Jeux Panaméricains, à San Juan, Porto Rico, Bishop Dolegiewicz remporte la médaille d'argent au lancer du poids et Bruno Pauletto remporte la médaille de bronze. Carmen Ionesco remporte des médailles de bronze aux lancers du poids et du disque.
1980 Jacqueline Gareau se voit décerner la 1ère place au Marathon de Boston.
- Le Canada boycotte les Jeux olympiques de Moscou et plusieurs athlètes québécois sont privés d'une participation olympique.
1982 Bruno Pauletto remporte la médaille d'or au lancer du poids lors des Jeux du Commonwealth à Brisbane
- Marcel Jobin remporte la médaille d'argent du 30 km marche à Brisbane également.
- Guillaume Leblanc remporte alors la médaille de bronze
- Bishop Dolegiewicz remporte la médaille de bronze au lancer du disque.
1983 Guillaume Leblanc remporte la médaille d'or au 20 km marche aux Jeux Universitaires Mondiaux (Universiades) tenus à Edmonton.
1986 Aux Jeux du Commonwealth, à Edimbourg en Écosse, Guillaume Leblanc remporte la  médaille d'argent aux 30 kilomètres marche, 
- Alain Métellus remporte la médaille de bronze au saut en hauteur, Odette Lapierre remporte la médaille de bronze au marathon.
1990 Guillaume Leblanc remporte l'or aux 30 km marche des Jeux du Commonwealth à Auckland en Nouvelle-Zélande. 
-  Bruny Surin remporte la médaille de bronze du 100 mètres et Edrick Floréal gagne la médaille de bronze du triple saut.
1992 Guillaume Leblanc remporte la médaille d'argent du 20 km marche aux Jeux olympiques de Barcelone. Bruny Surin termine 4e aux 100 mètres.
1993 Bruny Surin remporte la médaille d'or aux 60 mètres des championnats du monde en salle à Toronto. 
Il remporte aussi la médaille de bronze au relais 4 x 100 mètres des championnats du monde en plein air à Stuttgart.
1994 Carole Rouillard remporte la médaille d'or du marathon aux Jeux du Commonwealth à Victoria, suivie par Lizanne Bussières, qui remporte l'argent. 
Bruny Surin remporte l'or au relais 4 x 100 mètres.
1995 Bruny Surin remporte un deuxième titre de champion du monde en salle aux 60 mètres à Barcelone.
Il remporte aussi la médaille d'or du relais 4 x 100 mètres aux championnats du monde à Göteborg.
1996 Bruny Surin remporte la médaille d'or du relais 4 x 100 mètres aux Jeux olympiques d'Atlanta. Rosey Edeh, de Ville LaSalle, termine 5e aux 400 mètres haies.
1999 Aux Jeux Panaméricains de Winnipeg, Kwaku Boateng remporte la médaille d'or au saut en hauteur après la disqualification pour dopage du Cubain Javier Sotomayor. Jean-Nicolas Duval remporte la médaille de bronze du 3000 mètres steeple.
2002 Chantal Petitclerc remporte la médaille d'or du 800 mètres en fauteuil roulant aux Jeux du Commonwealth à Manchester. 
Kwaku Boateng y remporte aussi la médaille d'argent au saut en hauteur.
2003 Achraf Tadili remporte la médaille d'or aux 800 mètres des Jeux Panaméricains à Santo Domingo, en République Dominicaine.
2006 Aux Jeux du Commonwealth, à Melbourne, Achraf Tadili remporte la médaille d'argent aux 800 mètres. 
- Chantal Petitclerc remporte à nouveau la médaille d'or aux 800 mètres en fauteuil roulant. 
- Diane Roy remporte la médaille de bronze de cette même épreuve. 
- Jacques Martin remporte la médaille d'argent au lancer du disque en para-athlétisme. 
- Emmanuel Parris remporte la médaille de bronze au relais 4 x 100 mètres.
2008 Aux Jeux olympiques de Pékin, Chantal Petitclerc remporte la médaille d'or du 800 mètres en fauteuil roulant. Au cours de sa fructueuse carrière, Petitclerc remporta également 21  médailles aux Jeux paralympiques.
2010 Aux Jeux du Commonwealth, à Delhi, en Inde, Diane Roy remporte la médaille d'or aux 1500 mètres en fauteuil roulant.
2013 La sprinteuse Kimberly Hyacinthe remporte la médaille d'or aux 200 mètres des Jeux mondiaux universitaires à Kazan en Russie.
2014 La lanceuse de poids Julie Labonté remporte la médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth à Glasgow en Écosse. À l'heptathlon, Jessica Zelinka remporte la médaille d'argent.
2015 Aux Jeux panaméricains, à Toronto, Alex Genest remporte la médaille d'argent au 3000 mètres steeple. 
Kimberly Hyacinthe remporte la médaille de bronze au relais 4 x 100 mètres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.