MIKE TATE ET SES AMIS DE GUELPH ONT SURVOLÉ LE 24ÈME MC GILL TEAM CHALLENGE

MIKE TATE ET SES AMIS DE GUELPH ONT SURVOLÉ LE 24ÈME MC GILL TEAM CHALLENGE

Par Laurent Godbout

Montréal (25-26 janvier) - Nos attentes sont toujours élevées à la veille du McGill Team Challenge. Encore une fois, pour la 24ème édition cette année, nous n'avons pas été déçus. Pas moins de 700 athlètes étaient bien motivés pour un gros weekend et on eu droit à plusieurs très belles épreuves et d'excellentes performances.

En première journée de la plus importante compétition universitaire et civile de la saison en salle, la palme pour la performance du jour revenait certainement à Mike Tate, brillant vainqueur du 3000 mètres. Après avoir partagé les tâches de meneur avec Russell Pennock, des Dinos de Calgary, l'athlète du Speed River de Guelph bondissait à 800 mètres de l'arrivée pour «fermer les livres» et conclure une superbe course en 8 min 00 sec,09. Inscrivant du coup un record de la compétition (ancien record, 8 :02,78), Tate signait le 3000 mètres en salle le plus rapide en sol québécois depuis belle lurette. Son dernier 800 mètres, en 1 :59,8, et dernier 400 mètres en 57,5 sec, ont laissé Pennock (8 :08.35) et Angus Rawlings (8 :10,60) loin derrière.

Tate a été tout aussi impressionnant le lendemain, dominant facilement le 1500 mètres en 3 :46,44. Kevin Robertson (UdeM), troisième en 3 :50,48, a été le meilleur québécois. En fait, Tate marquait le pas pour tous les athlètes du Speed River et des Gryphons de l'université Guelph qui ont remporté un lot important de victoires avec des chronos de bon niveau.

La compétition débutait en toute simplicité vendredi matin avec les épreuves de lancers du marteau. Du côté féminin, Ariane Dubois (Vert & Or) remportait la victoire avec 17,30 mètres, à quelques 58 cm du record de compétition. Noémie Jeffrey (Rouge & Or) surpassait également le standard USports (16,64m) avec 16,75 mètres. Joey Lussier (Rouge & Or) fut le seul lanceur à réaliser le standard chez les hommes avec 17,85 mètres.

En sprints, la montréalaise Deondra Green (Saint-Laurent Sélect) remportait la finale du 60 mètres en 7,56 sec, obtenant une des rares victoires québécoises de la compétition. Green a devancé Audrey Leduc (Gatineau) par l'infime marge de 2 centièmes de seconde.  En finale masculine, François El Hadj N'Doye (Rouge & Or) terminait troisième en 6,87, obtenant ainsi le standard USports par 1 centième. Matthew Coolen (6,83) et Josh Lunda (6,87) ont réalisé un rare doublé pour l'université Dalhousie.

 

Dans les épreuves de 1000 mètres, tant chez les hommes que du côté féminin, les coureurs québécois ont pour ainsi dire, connu des sorts identiques. Aurélie Dubé-Lavoie (Rouge & Or) avait bien amorcé l'épreuve mais a connu un 5ème et dernier tour de piste difficile. La jeune Maggie Smith, de Halifax, a pris avantage de la situation pour prendre les devants à la cloche et remporter une victoire nette en 2 :46,81. Olivia Romaniw (Guelph) finissait en force au dernier moment pour prendre le 2ème rang (2 :48,34) et devancer Dubé-Lavoie (2 :48,80).

La Québécoise a bien tenté de venger cette défaite le samedi au 1500 mètres.  Le scénario a été sensiblement le même alors que Smith remportait sa deuxième course du weekend n 4 :24,08, à peine 13 centièmes devant Dubé-Lavoie. Au 3ème rang, Catherine Beauchemin a réalisé une belle fin de course, complétant en 4 :24,50.

Dans la version masculine du 1000 mètres, Mohand Zine Khelaf (Saint-Laurent Sélect) a perdu patience après les trois premiers tours d'une course qui s'annonçait passablement lente pour faire exploser le peloton. La tactique fut relativement fructueuse même si Stephen Evans (Ottawa) parvenait à devancer Khelaf à l'arrivée en 2 :24,57. L'athlète du Saint-Laurent Sélect a payé quelque peu de son audace mais réussissait néanmoins à conserver le 2ème rang en 2 :25.07, devant Kevin Robertson (UdeM) en 2 :25.78. Sans cette attaque de Khelaf, on peut présumer que les temps auraient été nettement plus lents.

 

Après un excellent 1000 mètres le vendredi soir, Olivia Romaniw (Guelph) récidivait le lendemain en remportant le 600 mètres avec un record de compétition en 1 :29,96. Du côté masculin, c'est Stephen Evans qui répétait son exploit de la veille, complétant les trois tours de piste en 1 :19,49. Evans a quand même dû travailler fort puisque Yassine Aber (Vert & Or) avait presque la victoire en poche à quelques mètres de l'arrivée, terminant 2ème en 1 :19,54. Fin de course serrée au possible avec Alec Purnell (Guelph), 3ème en 1 :19,56, et Vincent Duguay, 4ème en 1 :19,71. Une bonne course pour Aber qui semble revenir à la bonne forme du début de la saison 2018.

Encore Guelph!

Au risque de se répéter, les athlètes des Gryphons de Guelph ont été passablement occupés et surtout très bons. Au 300 mètres, Philip Osei remportait la victoire en 33,68 sec, obtenant le standard des championnats USports. Même scénario chez les femmes, puisque Morgan Byng l'emportait en 38,64, un autre standard USports. La québécoise Audrey Jackson (UdeM), terminait 3ème avec un record personnel de 38,76 (sur une piste de 200 mètres), surpassant du coup le standard USports. À noter que Catherine Léger (CSLS), qui était dans la 2ème vague, terminait au 4ème rang général de la compétition en 39,14, un gros PB.

Enfin, mentionnons que les athlètes du Québec ont complètement dominé le pentathlon féminin. Amélie Augé, du Vert & Or de l'université de Sherbrooke, remportait l'épreuve avec un total de 3708 points, devant la jeune Chloé Royce  (CADL), 2ème avec un record personnel de 3575 points, et Maude Léveillé (Vert & Or), 3ème un tout petit point derrière avec 3574 points.

Les résultats complets du 24ème McGill Team Challenge ICI.

***

On est maintenant prêt à souligner le 25ème anniversaire du Team Challenge en 2020. Espérons qu'il sera encore meilleur et que plus d'athlètes y prendront part. 

***

Bravo à toute l'équipe de bénévoles et des officiels du Team Challenge. Malgré un léger retard vendredi en début de compétition, tout le weekend s'est déroulé rondement avec des épreuves disputées à l'heure prévue. L'annonceur-maison François Jarry a fait tout un tabac en chantant l'hymne national sans fausse note!

Partager

Partager