Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Nouvelles > LA FINALISTE DES CHAMPIONNATS DU MONDE KHAMICA BINGHAM SERA DU 60 M À L'OUVERT EN SALLE D'ATHLÉTISME CANADA

LA FINALISTE DES CHAMPIONNATS DU MONDE KHAMICA BINGHAM SERA DU 60 M À L'OUVERT EN SALLE D'ATHLÉTISME CANADA

LA FINALISTE DES CHAMPIONNATS DU MONDE KHAMICA BINGHAM SERA DU 60 M À L'OUVERT EN SALLE D'ATHLÉTISME CANADA

2014-02-18

Ottawa - Aujourd'hui, Athlétisme Canada est heureux d'annoncer que Khamica Bingham, de Caledon, Ont., courra le 60 mètres féminin invitation lors de l'Ouvert en salle d'AC, qui aura lieu à Montréal, du 14 au 16 mars. 

Khamica détient le record canadien de la catégorie jeunesse au 100 mètres et est une des jeunes athlètes talentueuses et prometteuses du sprint canadien.  Elle a terminé à seulement 0,01 secondes d'une médaille lors du Championnat du monde junior 2012 de l'IAAF.  L'été dernier, lors du Championnat du monde de 2013 à Moscou, Khamica a couru la dernière portion du relais 4x100 mètres avec l'équipe qui a brisé le record canadien et a terminé sixième. 

AC : Nous nous trouvons à six mois après le Championnat du monde de Moscou. Quel souvenir gardez-vous de votre premier Mondial senior? 

KB : Mon plus beau souvenir, celui qui me revient le plus souvent en mémoire, est de courir la dernière partie du relais 4x100 mètres, en série, lorsque nous avons battu le record canadien.  Je me rappelle que le transfert du témoin avec Shai ne fut pas le meilleur. J'ai dû ralentir afin d'assurer de faire l'échange dans la zone. Nous avons tout de même réussi le passage du témoin, puis j'ai couru aussi fort que possible, me suis penché à la ligne et j'ai regardé le tableau pour voir 42,99 (secondes) apparaître.  Au début, nous étions toutes excitées, parce que nous avions couru un énorme record d'équipe, comparé à notre précédent 43,46.  Nous avons attendu debout la dernière série de relais afin de voir si nous nous qualifierions pour la finale. En fait, la troisième place de la dernière série était plus lente que notre temps, et l'équipe des Bahamas qui a gagné notre série fut disqualifiée. Nous avons donc fait la finale en se qualifiant automatiquement. Le seul fait que nous ayons terminé sixième au monde après avoir mis l'équipe en place seulement quatre mois avant le Championnat fut incroyable pour moi. 

AC : Âgée de seulement 19 ans, vous faites déjà partie de l'équipe féminine du record canadien, et à seulement 0,01 secondes d'une médaille lors du Mondial junior. À quoi attribuez-vous votre succès? 

KB : Il y a quelques personnes vraiment importantes qui ont contribué à mon succès en 2012 au Mondial junior et en 2013 au Championnat du monde. Je dois donner beaucoup de crédit à mon premier entraîneur de club, Frank Bucca, qui m'a aidé à me développer, d'une athlète médiocre à une classée parmi les meilleures au monde dans sa catégorie d'âge, en un an.  Ses compétences formidables comme entraîneur sont la raison principale pour laquelle je me suis classée numéro un au Canada au 100 mètres lors de mes saisons jeunesse et juniors.  Aussi, bien entendu, je suis très compétitive, alors mon travail ardu ainsi que le soutien de mes parents et amis furent tous essentiels à mon succès. Cependant, juste avant le Mondial junior, je souffrais d'une tendinite au tendon inférieur du jarret, et courir au Mondial junior était en doute. Heureusement, Jane, la thérapeute de l'équipe, et George Kerr, l'entraîneur des sprints de l'équipe, ont ajusté mon programme d'entraînement et traité ma jambe, me remettant suffisamment sur pieds pour courir les trois rondes du 100 mètres au Mondial junior, terminant quatrième avec un record personnel de 11,46. 

Maintenant, 2013 fut une saison vraiment belle et différente, parce que ce fut la première fois depuis 2001 que les femmes avaient une équipe de relais. Je dois remercier mes entraîneurs actuels, Desai Williams et Anthony McCleary, pour avoir cru en moi et m'avoir intégrée au programme féminin du relais. Bien qu'en 2013, je ne m'entraînais pas avec Anthony ou Desai, Desai, l'entraîneur de l'équipe féminine, m'a donné une toute autre impression. Il nous a toujours motivées, et m'a enseigné tout ce que je devais savoir sur le relais. Ses connaissances comme entraîneur et son profond désir de réussir ont réellement aidé l'équipe à terminer sixième au monde. Aussi, je dois donner un certain crédit à Anthony McCleary pour avoir travaillé avec moi sur ma technique de course (levée des genoux, relaxation des épaules) afin de courir plus vite avec seulement quelques semaines avant le Championnat du monde.  À cause de Desai et Anthony, j'étais mentalement et physiquement prête pour courir au Championnat du monde avec l'équipe de relais du 4x100 mètres. 

AC : Vous fréquentez présentement l'Université York?  De quoi a l'air une journée typique de classe et d'entraînement pour vous?

KB : Oui, j'ai récemment transféré à l'Université York, en janvier de cette année, visant une majeure en communications. Pour moi, une journée typique commence avec un entraînement à 11 h 00.  Durant la session, nous nous échauffons pendant une heure, et continuons l'entrainement, qui en ce moment se concentre sur la vitesse.  Après, nous faisons des exercices, du tronc et de la musculation pour terminer la pratique. Normalement, l'entraînement se termine à 16 h 30.  Pour récupérer, j'aurai soit un traitement ou je sauterai dans un bain de glace et me préparerai pour l'entraînement du lendemain.  En ce moment, afin de m'enlever la pression de longues journées d'entraînement à la piste, je suis plusieurs cours en ligne.  Alors, une fois que je reviens à la maison après l'entraînement, j'ouvre une session de cours en ligne, prend des notes, étudie et écris des quiz, tout ça dans le confort de ma chambre. 

AC : Sur quoi travaillez-vous à l'entraînement et durant les courses afin de continuer à devenir plus rapide? 

KB : À l'entraînement, je me concentre surtout sur les départs afin d'améliorer mon temps. J'ai passé une bonne partie de mon temps à analyser des vidéos, à faire des exercices avec ballons d'entraînement et du travail de vitesse afin d'accélérer mes premières foulées à partir des blocs durant la phase d'accélération.   Aussi, je continue de travailler sur ma technique de course, qui comprend la levée des genoux tout en relaxant les épaules pendant que je sprinte. 

AC : Après les succès de la saison dernière, quels sont vos buts pour cette année?

KB : Puisque je concoure dans le SIC avec les York Lions cette année, je dois dire que pour la saison en salle, le SIC est où je mets l'accent.  Cependant, j'ai récemment établi un record personnel de 7,28 au 60 mètres, alors, mes entraîneurs et moi espérons que j'abaisserai mon temps sous la norme du Mondial en salle de l'IAAF (7,22).  Alors, une participation au Mondial en salle est définitivement un but à atteindre.  Pour la saison en plein air, je dois dire que les Jeux du Commonwealth, en Écosse, sont un objectif important pour moi en ce moment. 

AC : Quel conseil avez-vous pour les autres jeunes athlètes qui essaient de courir contre des compétiteurs plus expérimentés? 

KB :  Étant une des athlètes les plus jeunes de mon groupe d'entraînement, j'ai appris que dans toutes courses, vous devez y aller mentalement forte, en croyant que vous pouvez et allez gagner.  Vous vous entraînez à tous les jours, tout comme les autres, alors croyez aux buts pour lesquels vous vous entraînez.  Aussi difficile que ce soit, n'essayez pas de mettre les athlètes plus âgées ou expérimentées sur un piédestal, parce qu'en faisant ceci, vous acceptez déjà la défaite.  Tout peut arriver, quelqu'un peut avoir une mauvaise journée, ou vous pouvez en avoir une vraiment bonne.  Donc, donnez tout ce que vous avez,  Ce sont elles qui devraient être nerveuses car les attentes sont qu'elles devraient gagner. Alors, courez, sautez ou lancez au meilleur de vos capacités, parce qu'en bout de compte, vous n'avez rien à perdre, elles oui. Utilisez ceci comme motivation. Si ça ne survient pas aussi vite que vous le désirez, alors soyez patiente, votre temps viendra.

AC : À quoi avez-vous le plus hâte lors de votre voyage à Montréal pour l'Ouvert en salle d'AC? 

KB : J'ai hâte à une compétition formidable avec plusieurs athlètes expérimentées.  Puisque je suis la seule athlète de mon groupe d'entraînement concourant au SIC cette année, je n'ai pas réellement la chance de courir contre mes coéquipières ou d'autres coureuses expérimentées à part les athlètes du SIC. C'est la dernière compétition en salle et une chance de courir un temps rapide, de passer du temps avec mes coéquipières et d'apprécier les beautés de Montréal après avoir terminé la course. 

 

L'Ouvert en salle d'AC de 2014 aura lieu à Montréal, au Québec, du 14 au 16 mars, au Complexe sportif Claude-Robillard.  L'événement sert de Championnat canadien pour les athlètes de catégorie junior et jeunesse, et il présentera plusieurs olympiens et membres de l'équipe du Championnat du monde dans les épreuves sur invitation. Pour plus de renseignements sur la première édition de l'Ouvert en salle d'AC, ainsi que pour les inscriptions, veuillez consulter www.indoors.athletics.ca

-AC-

Toutes les nouvelles