Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Nouvelles > PIER-OLIVIER LAFLAMME, ATHLÈTE DU MOIS DE SEPTEMBRE DE LA FQA

PIER-OLIVIER LAFLAMME, ATHLÈTE DU MOIS DE SEPTEMBRE DE LA FQA

PIER-OLIVIER LAFLAMME, ATHLÈTE DU MOIS DE SEPTEMBRE DE LA FQA

2014-10-06

(Photo via Facebook)
Par Josée-Anne Sarazin-Côté

MONTRÉAL - Pier-Olivier Laflamme est un nom qui commence à être connu dans le monde de la course sur route, et avec raison! Il domine non seulement le circuit québécois, mais également le circuit canadien. Récemment, il est devenu champion provincial de 10 km et champion canadien de 5 km... et ce malgré une fracture de stress qui l'a éloigné de ses souliers de course de mars à mai! Son titre canadien lui permettra de représenter le pays lors de la course Chiba Ekiden, le 24 novembre, au Japon. Sans plus tarder, voici le portrait d'un de nos rois de la course à pied au Québec!

 

Nom :  Pier-Olivier Laflamme

Âge :   27

Disciplines : 5 km, 10 km sur route et cross-country

Records personnels :  5km : 14:33, 10 km : 29:54 

Pratique l'athlétisme depuis :   2007 (20 ans)

Faits inusités : Quand je suis entré à l'université Laval en 2006, je n'étais pas un coureur. C'est en discutant avec une fille de mon programme d'études que je trouvais « cute » que j'ai entendu parler du club de course à pied de l'université Laval. Je me suis donc présenté aux entraînements du club à l'automne et depuis, je suis tombé en amour avec le sport et la fille qui m'y a initié. Nous sommes d'ailleurs ensemble depuis bientôt 8 ans. 

En ayant débuté ce sport un peu par hasard, à quel moment as-tu commencé à prendre la course à pied plus au sérieux?

L'année après ma première saison avec le club de course à pied de l'université Laval, voyant que je progressais bien et que je courais généralement devant, je me suis présenté aux entraînements du Rouge et Or sans grandes prétentions. Quand j'ai réalisé que je performais bien et que je pouvais bien faire dans ce sport,  je peux dire que j'ai commencé à prendre ça plus au sérieux. 

Comment a été ta saison cette année? 

Ma saison a vraiment été en deux temps. D'abord, au printemps, j'ai eu une fracture de stress au péroné, alors que je commençais à préparer ma saison d'été. J'ai donc été complètement arrêté du mois de mars jusqu'au mois de mai. J'ai par contre eu un bon été d'entraînement et j'ai vraiment eu une bonne préparation pour la saison automnale. Je suis donc ultra motivé et j'ai énormément de plaisir à courir, après en avoir été privé pendant aussi longtemps. Depuis mon retour, je ne pourrais rien demander de plus! Je performe bien et les résultats viennent d'eux-mêmes.   

Comment es-tu parvenu à surmonter ta blessure?

J'ai dû être très patient. J'ai essayé à plusieurs reprises de recommencer tranquillement la course, mais dès que j'augmentais mon volume de course, je ressentais de la douleur et je devais recommencer à zéro. Ça a aussi été difficile pour le moral de voir les autres commencer la saison estivale de course sur route sans pouvoir y prendre part. J'ai aussi passé beaucoup de temps dans les bureaux de professionnels de la santé pour essayer de trouver ce que j'avais et essayer d'accélérer la guérison. 

Croyais-tu pouvoir faire aussi bien?

Honnêtement, NON! Évidemment, j'ai eu un bon été d'entraînement et je me savais quand même en forme, mais je m'attendais à devoir faire un certain nombre de courses avant de retrouver une forme au moins équivalente à celle de l'automne dernier. Je dois donner du crédit à mon coach Kaven Després, qui m'a bien préparé pour que mon retour soit au niveau qu'il a été. 

Raconte-nous ta course au championnat national de 5 KM :

Après ma victoire au 5 km Endurance, qui m'a rassurée sur mon niveau de forme, je me suis présenté sur la ligne de départ en sachant que j'avais une chance de mettre le pied sur le podium. Je suis donc parti avec les meneurs en me disant que je n'avais rien à perdre et que j'essaierais de rester avec eux le plus longtemps possible et que, si tout allait bien, j'allais avoir ma chance de me battre pour une place sur le podium dans les derniers mètres. C'est exactement ce qui est arrivé et heureusement, lorsque la ligne d'arrivée est apparue à l'horizon, il m'en restait assez pour mettre les gaz et laisser les deux autres membres de notre petit peloton de tête derrière. 

Croyais-tu devenir le premier champion national de 5 KM?

Comme je disais précédemment, connaissant les compétiteurs qui allaient être présents, je savais que j'avais une chance honnête de me retrouver sur le podium. J'entretenais quand même certains espoirs de gagner la course, mais je ne pouvais tellement pas en être certain. 

Comment c'était de recevoir ta médaille?

Très spécial! J'ai vraiment vécu un moment spécial. C'était un peu irréel de recevoir une médaille de champion canadien. 

Raconte-nous également ta victoire du championnat provincial de 10 KM :

Cette course-là est très spéciale pour moi, parce qu'elle était organisée jusqu' à cette année par Richard Chouinard, mon premier entraîneur et un homme pour qui j'ai énormément de respect. Aussi, avant cette année, je l'avais gagnée au cours des trois dernières années et j'avais fait une croix sur mon calendrier depuis longtemps, parce que je voulais la gagner une 4e fois de suite. Le matin de la course, la température était presque parfaite (frais, un peu de vent et du soleil) et suite à ma victoire de la semaine précédente à Toronto, j'étais gonflé à bloc. Dès le départ, je suis donc parti très vite avec comme objectif de faire un chrono rapide. C'est en passant au 5e kilomètre en 15:00 que je me suis dit que c'était possible de faire sous les 30 minutes. J'ai donc continué à pousser la cadence jusqu'à la fin. En voyant que le chrono ne dépasserait pas les 30 minutes avant mon passage de la ligne, j'ai eu tout un «high». C'est un record personnel de 50 secondes et une marque que je voulais franchir depuis plusieurs années déjà.     

Comment va ta préparation pour la course Chiba Ekiden?

Pour le moment, mon attention est fixée sur les cross-country et le championnat provincial à Grand-Mère, mais c'est évidemment une bonne préparation pour le Japon. Les entraînements vont bien et j'assimile bien le millage qu'impose une saison de cross. J'espère donc bien progresser pour arriver en excellente forme au Chiba Ekiden.

Quels seront tes objectifs là-bas?

Me défoncer pour l'équipe ! Je veux pouvoir revenir de là-bas et pouvoir dire que j'ai tout donné. Ce sera une première expérience d'équipe nationale pour moi et c'est évidemment un honneur que de représenter le Canada sur la scène internationale.  

Qu'est-ce qu'on peut te souhaiter pour la suite?

Ma blonde et moi attendons notre premier enfant en décembre prochain, alors ce serait un bébé en santé. 

Quels sont tes prochains objectifs?

Je vais essayer de profiter de l'arrivée de notre enfant le plus possible. Je vais quand même essayer de garder la forme et voir ce que je pourrai faire au printemps prochain.

 
Merci Pier-Olivier et bonne chance pour la saison de cross et surtout, pour cette nouvelle aventure de parent!

Toutes les nouvelles