Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Nouvelles > CHARLES PHILIBERT-THIBOUTOT, MONSIEUR JUILLET!

CHARLES PHILIBERT-THIBOUTOT, MONSIEUR JUILLET!

CHARLES PHILIBERT-THIBOUTOT, MONSIEUR JUILLET!

2015-07-31

Par Laurent Godbout

Québec - Avec un record québécois du 1500 mètres de 3:34.23 au Diamond League de Monaco, une médaille de bronze aux Jeux panaméricains et un autre excellent chrono au Diamond League de Stockholm, personne ne sera étonné de la sélection de Charles Philibert-Thiboutot comme athlète par excellence de la FQA en juillet. Nous l'avons joint quelques heures après sa descente d'avion au retour de la capitale suédoise.

Quoiqu'il arrive maintenant dans ta carrière, pourra-t-on dire que juillet 2015 était un point tournant pour toi?

«Je pense que oui. J'ai eu deux chances de m'aligner en Diamond League, à Oslo et Monaco. Après les Jeux panaméricains, je tenais à participer à Stockholm pour prouver que mon 20e rang mondial n'était pas de la frime et que j'appartiens maintenant à ce groupe des meilleurs coureurs. C'est un point tournant parce que maintenant au lieu de me battre pour être accepté dans les gros meets,  ou quêter une chambre d'hôtel, je pourrai bien choisir mes compétitions et me concentrer sur ma préparation.» 

Ce mois de juillet avait bien commencé pour le coureur de Québec. Deuxième aux championnats canadiens, il avait alors assuré sa sélection pour les Jeux panaméricains. Au-delà de cette sélection, Charles et son entraîneur Félix-Antoine Lapointe étaient en mode «plan A» et «plan B» pour les semaines qui allaient suivre. Le plan A était de courir un 800 mètres à Liège le 8 juillet et un 1500 mètres à Heusden en Belgique le 11, espérant ainsi obtenir le standard de 3:36.20 des championnats du monde.

Les choses ne se passent pas toujours comme prévues, même avec le meilleur des plans. «J'espérais courir en Belgique pour ces deux compétitions mais mon agent Kris Michasiw m'informait que l'organisateur des deux compétitions était également l'agent de plusieurs athlètes et qu'il préférait mettre ses propres gars dans les courses.» Après sa brillante performance à Oslo, Charles était devenu une menace pour les athlètes de cet agent.

Comment s'est passée ton arrivée à Monaco?

«Nous n'avions pas beaucoup d'options. Kris a travaillé pour me faire accepter au meeting de Monaco et j'ai pris l'avion pour Nice sans trop savoir ce qui m'arriverait. Finalement, j'ai attendu une journée avant que les organisateurs me confirment que j'allais courir.» Une fois confirmé pour cette course de 1500 mètres, on demanda à Charles de ne pas en parler, de crainte de voir des athlètes qui avaient des meilleurs temps rappliquer.

Kris Mychasiw nous a écrit peu de temps après la course de Monaco que Charles avait été très convaincant et qu'il se disait en grande forme et capable de courir dans ce peloton. En attendant la course, il est demeurait dans son petit hôtel économique à Nice et s'est rendu au stade le jour de la course. Heureusement, les choses ont assez bien tourné à Monaco. Autrement, il aurait fallu passer au plan C, qui était de participer à un 1500m...en Finlande!

Sans avoir trop de temps pour se remettre de ses émotions de la Côte d'Azur, il s'amenait à Toronto pour les Jeux panaméricains avec cette nouvelle carte de visite. Notre homme s'était fixé de nouveaux objectifs.

Étais-tu entièrement satisfait de ta course aux Jeux panaméricains?

«J'aurais voulu avoir l'or, mais je suis bien content de cette médaille de bronze», analyse-t-il une semaine après l'enlevante finale où il était devancé par l'Américain Wheating et son compatriote Nathan Brannen. «Sur le coup, après avoir franchi la ligne d'arrivée, j'étais un peu déçu. Mais ça n'a pas duré longtemps, je me suis senti bien fier dès que nous avons commencé le tour d'honneur.»

Dans quelle forme te sentais-tu à Stockholm?

«Même si j'étais un peu fatigué, je tenais à confirmer à Stockholm que mes résultats précédents n'étaient pas un coup de chance. Le premier tour a été trop rapide et personne n'a fini super vite. J'étais fatigué et ça a paru dans ma course. Même si j'ai bien fini au dernier 150 mètres, j'ai été un peu paresseux et j'ai trop attendu. Dans les circonstances, je suis convaincu que je peux faire des temps plus rapides dans le futur.»

Et il ajoute que «ça fait une grosse différence d'être traité comme les autres. D'être à l'hôtel de la compétition, avec mon entraîneur et traité à part entière comme un athlète de calibre mondial.» 

Philibert-Thiboutot vient de vivre un mois unique dans la vie d'un athlète, mais sa saison est loin d'être terminée. Même s'il a réalisé le standard après la date limite du 5 juillet fixée par Athlétisme Canada, il est très possible qu'il soit invité par l'IAAF à participer aux championnats du monde à Beijing du 22 au 30 août. «Je me prépare à 100% pour les Mondiaux. Je vais prendre une couple de jours de repos en fin de semaine et je me remets à l'entraînement en vue des Mondiaux. J'espère terminer ma saison au Diamond League de Zurich.»

On suivra M. Juillet de près en août!

 

 

 

 

 

Toutes les nouvelles