Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Nouvelles > ANNE-MARIE COMEAU, ATHLÈTE DU MOIS EN SEPTEMBRE

ANNE-MARIE COMEAU, ATHLÈTE DU MOIS EN SEPTEMBRE

ANNE-MARIE COMEAU, ATHLÈTE DU MOIS EN SEPTEMBRE

2015-10-02

Par Laurent Godbout

Montréal - Le mois de septembre marque souvent le début d'une nouvelle année pour de nombreux athlètes en développement. Après avoir remporté le titre national junior du 5000 mètres sur piste en juin, Anne-Marie Comeau s'est distinguée sur route au début de septembre, remportant le 10km de l'Université Laval en 35 min 53,1 sec. Cet excellent résultat, à la suite d'une saison estivale de haut niveau, confère le titre d'Athlète du mois de septembre de la FQA à l'athlète du club d'athlétisme de l'Université Laval.

Anne-Marie, 10km en 35:53 en plein mois de septembre. Étais-tu surprise d'un tel résultat?

Pas vraiment. Je voulais faire dans les 35 minutes. À Baie St-Paul au début de l'année, j'ai fait 35:18. Courir dans les 35 «haut» m'a un peu déçu pour le temps mais j'étais contente de ma course.

Tu as connu une grosse saison d'été surtout au 5 000 mètres. Championne canadienne junior, record provincial junior (16:34.43), médaille d'argent aux championnats panams juniors. Qu'est-ce qui t'as le plus satisfaite?

Je suis contente de mon été dans son ensemble. J'ai eu un programme chargé, pas nécessairement seulement en compétition mais avec de bons entraînements aussi. Je suis surtout contente d'être allée aux panams juniors. Me frotter à ce niveau de compétition, connaître d'autres athlètes dans l'équipe m'a donné envie de faire mieux en revenant chez moi. Les entraînements que j'ai fait pour me préparer à cette compétition m'ont permis de m'améliorer. J'ai bien aimé toutes les grosses compétitions de mon été.

On t'a rencontré en début de saison au camp d'entraînement en Californie. Pensais-tu alors connaître une aussi bonne saison d'été?

Je ne voulais pas trop penser à cela. Je voulais faire les championnats canadiens et j'espérais pouvoir me qualifier pour les panams juniors. Je l'ai fait mais le plus l'fun était de voir Aurélie (Dubé-Lavoie) se qualifier avec moi. Je n'ai pas été déçue. Mon autre satisfaction a été de progresser lentement et de ne pas me blesser.

Tu es un espoir national en ski de fond et on ne te voyait pas beaucoup en athlétisme au cours des dernières années. Es-tu encore sur la clôture entre les deux disciplines?

En ce moment oui. J'ai l'intention de faire une autre grosse saison en ski de fond l'hiver prochain. Je vise une sélection pour les championnats du monde juniors de ski de fond et j'aimerais participer au Tour de ski du Canada. Je peux encore faire la saison de ski de fond et continuer à courir ensuite. Je pense que je peux encore continuer à progresser dans les deux disciplines en même temps. Je ne pense pas prioriser un ou l'autre tant qu'aucun des deux nuit à l'autre.

Tu es douée dans les deux sports et on doit souvent te demander lequel des deux tu choisiras. Est-ce que tu sens là une forme de pression?

Non, je ne ressens pas ça. Félix-Antoine (Lapointe) est loin de me mettre de la pression. Mon coach de ski (Guy Métayer) s'est adapté aussi à mon horaire d'entraînement en athlétisme. Les deux veulent la même chose et que je fasse bien dans mes sports. Je vois qu'ils font les efforts pour que je sois heureuse. Autrement, j'étoufferais. En ce moment, je me sens bien avec ce plan.

Est-ce que tu peux progresser dans les deux disciplines en même temps?

Je ne sais pas. En ce moment, ma course aide peut-être plus mon ski que le contraire. Mes bras sont très importants pour mon ski mais moins pour la course. Pour mes jambes, les deux sont bons. Par contre, le ski à roulettes ne m'apporte pas grand chose pour la course à pied.

Comment feras-tu pour choisir?

Tout dépendra de mes études. Présentement, je suis au cégep et je ne sais pas trop encore ce que je choisirai pour l'université. Mes études vont probablement affecter mon choix de carrière sportive. Je finirai mon cégep cet hiver ou l'automne prochain. Je prends ça comme ça vient. Si je vais en santé (médecine), je dois travailler fort pour avoir une cote R. Je n'ai rien décidé encore.

Le sport de haut niveau et les études sont-ils compatibles pour toi?

Oui, mais ce ne sera pas la même chose en athlétisme ou en ski de fond. En athlétisme, je peux étudier normalement durant l'année scolaire et faire plus de compétitions l'été. Ça me semble plus facile qu'en ski. Selon le programme d'études choisi, si tu peux faire des cours à distance, ça facilite les choses pour le ski. Je parle beaucoup de tout ça avec ma mère, mais je ne suis pas encore certaine.

Bonne chance! 

 

 

Toutes les nouvelles