Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Nouvelles > UNE FILLE QUI COURT ; UN RASSEMBLEMENT DE COURSE 100% FÉMININ

UNE FILLE QUI COURT ; UN RASSEMBLEMENT DE COURSE 100% FÉMININ

UNE FILLE QUI COURT ; UN RASSEMBLEMENT DE COURSE 100% FÉMININ

2015-10-30

Qu'est-ce que la course « Une Fille qui Court » ?

Une course 100% féminine avec comme objectif premier de permettre aux femmes de venir célébrer ensemble tous les efforts mis à leur entraînement dans une course participative qui leur est dédiée, le matin de la fête des mères. L'ambiance y est festive, la marée de femmes vêtues de rose fait vibrer les rues du centre-ville et du vieux Trois-Rivières, et l'émotion au fil d'arrivée est palpable lorsque les conjoints, enfants et amies des coureuses les enlacent après qu'elles aient reçu leur belle médaille. Voir leurs sourires ou leurs larmes de bonheur face à leur accomplissement confirme que la mission derrière la course est vraiment bien ciblée. En deux ans d'existence, l'événement a rassemblé plus de 2500 participantes. Cet événement se déroule le dimanche de la fête des mères et la prochaine édition est le 8 mai 2016.

Qui est derrière ce projet?

Avant d'être un événement de course à pied, Une Fille qui Court, c'est au départ un blogue qui a pris naissance en janvier 2010. Derrière ce blogue, Nathalie Sanfacon, une mère de famille de Trois-Rivières, curieuse qui aime les défis et qui en cherchait un nouveau pour le point tournant du milieu de la trentaine. C'est sur un premier demi-marathon que son choix s'est arrêté. Avec les conseils de deux entraîneurs en course, elle s'est mis à parcourir les rues de Trois-Rivières pendant les 20 semaines qu'ont duré l'entraînement qui allait la mener au Nike Women Marathon de San Francisco en octobre 2009. Dès la traversée du fil d'arrivée, un énorme sourire sur le visage, elle était devenue une accro de la course! Et elle n'a jamais cessé depuis de  courir depuis. Ayant étudié en littérature anglaise, en enseignement et en graphisme, elle a aussi accumulé les formations en entraînement de toutes sortes. Graphiste en milieu industriel pendant quelques années, c'est vers l'entraînement qu'elle s'est dirigée après la venue des enfants en tant que propriétaire de centres de conditionnement physique pour femmes. Depuis 6 ans, elle travaille en éducation physique avec les élèves d'une école primaire, et s'implique en tant que bénévole plusieurs fois par année dans divers événements pour le plaisir de redonner ce qu'elle reçoit. Toujours mordue d'écriture, elle alimente le Blogue Une Fille qui Court depuis janvier 2010. Elle y signe des textes sur la course et la vie en s'inspirant des gens qu'elle rencontre.  

L'idée d'organiser l'événement vient toutefois de son conjoint, Hugo Gaillardetz. Bien qu'il n'était pas particulièrement attiré par la course à pied, il a participé à son premier demi-marathon à Montréal en septembre 2010 pour accompagner Nathalie. Hugo est un gars fonceur et déterminé qui carbure aux objectifs. C'est un touche à tout qui adore être à l'affût des tendances dans tous les domaines. Sportif depuis son enfance, il s'implique souvent dans l'organisation d'événements corporatifs. Il n'hésite pas à voyager pour s'inspirer des grosses organisations, essayant de trouver des façons de reproduire ses coups de coeur à l'échelle de sa ville.

Depuis qu'elle court, Nathalie en a rencontré des coureuses. Des débutantes, des expérimentées, et des filles qui courent pour des raisons différentes. Souvent, elle entend des femmes manifester leurs inquiétudes face à leur participation dans une grosse course organisée. Sachant combien l'expérience de franchir un fil d'arrivée peut être euphorisant et apporter un dépassement de soi incroyable, elle cherchait une façon de convaincre ses amies de tenter l'expérience. Et Hugo, le générateur de projets, lui a un jour lancé : « Pourquoi ce ne serait pas nous qui organiserions leur première course ? »

Les idées se sont mises en place, et la course pour femmes est rapidement devenue une mission bien claire pour les deux organisateurs. « Je parle souvent de ma première course à San Francisco, entourée de 20 000 autres femmes, comme d'un moment magique. Il fallait  que j'essaie de donner la chance à d'autres filles comme moi de vivre cet esprit de camaraderie féminine dans un événement où elles se sentiraient à leur place. J'ai eu le goût de leur dire que non seulement elles sont les bienvenues, mais que c'est un moment qui leur appartient et qu'elles sont extraordinaires de la première à la dernière. Et les rencontres que j'ai fait lors des deux premières éditions ont été une aventure humaine au-delà de tout ce que nous aurions pu imaginer.»  

Leurs deux garçons, âgés de 12 et 14 ans, sont aussi très fiers de faire partie de l'aventure et ils sont des bénévoles très actifs la journée de la course, distribuant de l'eau et des encouragements, se permettant même d'accompagner sur quelques mètres les participantes qui peuvent sembler en manque d'énergie.

Quelle est la suite de leur projet? 

Nathalie et Hugo veulent essayer de gâter les participantes et de toujours leur offrir une expérience qu'elles auront envie de répéter avec leurs amies, leurs soeurs et leurs mères, tout en faisant découvrir Trois-Rivières aux femmes qui courent aux alentours. L'organisation leur demande plus de 8 mois de travail et ils se concentrent pour le moment sur l'événement de Trois-Rivières. Il n'est pas exclu d'avoir à long terme des événements ailleurs ou en d'autres moments. Une Fille qui Court était un mouvement et une façon de penser bien avant la course. Les articles du blogue et les pensées de motivation de la page Facebook sont lues jusqu'en Europe, ce qui laisse croire que les possibilités sont aussi nombreuses qu'il y a des femmes qui courent sur la planète !

Les inscriptions sont déjà ouvertes pour l'édition 2016, c'est donc un rdv pour toutes les femmes qui veulent vivre l'expérience de cette course 100% féminine.

Une fille qui court

https://vimeo.com/128152896

 

Toutes les nouvelles