Fédération Québécoise d'Athlétisme

Accueil > Nouvelles > ANTOINE THIBEAULT, ATHLÈTE DU MOIS DE JANVIER

ANTOINE THIBEAULT, ATHLÈTE DU MOIS DE JANVIER

ANTOINE THIBEAULT, ATHLÈTE DU MOIS DE JANVIER

2016-02-01

Par Laurent Godbout

Montréal - Depuis quelques années, Antoine Thibeault, ce coureur de demi-fond du club Zénix de la Mauricie, trace lentement mais sûrement son chemin vers l'élite nationale. Cinquième du 3000 mètres steeple des championnats canadiens seniors en 2015 et auteur d'un chrono de 8:41.64 en fin de saison, Antoine a déjà goûté à la compétition internationale en catégorie Jeunesse et chez les juniors. Samedi dernier, lors du Terrier Classic à Boston, le coureur âgé de 21 ans, a réalisé tout un exploit, bouclant le 3000 mètres en 8:03.17, fracassant sa marque personnelle par une dizaine de secondes. Cette performance lui vaut donc le titre d'Athlète du mois de janvier de la FQA.

Antoine, comment as-tu réagi à l'arrivée en constatant que tu venais de réaliser un aussi gros PB?

J'étais content, mais pas plus surpris qu'il faut. Je visais le standard canadien universitaire de 8:05.25 et mes entraînements des dernières semaines étaient alignés sur cet objectif. Sylvain Cloutier me criait les temps de passage et j'étais toujours sur les temps prévus. Mes entraînements étaient bons depuis quelque temps et je me sentais prêt.

Tu as gagné ta vague à Boston. Comment s'est passée la course?

Je n'ai pas mené. Après un kilomètre, deux gars devant moi ont cassé et j'ai été pris entre deux pelotons un bout de temps. Mais, j'ai rattrapé les meneurs et j'ai été étonné surtout de finir aussi fort. J'ai fait mon dernier kilomètre en 2'35'' et mon dernier 200 mètres en 28 sec.

Si tu convertissais ce chrono de 8:03, combien penses-tu pouvoir courir un 3000 mètres steeple l'été prochain?

C'est difficile à dire, mais je pense que je peux courir 8:35.0. À la fin de la saison dernière, on a établi un processus. On est encore au début du processus et je m'entraîne surtout pour réaliser des objectifs en été. 

Comment expliques-tu un aussi bon résultat à ta première compétition en salle de l'année?

J'ai fait un bon camp d'entraînement à Phoenix. L'an passé, j'ai couru un bon 5000 mètres en salle (14:05) mais j'ai eu des problèmes avec un tendon d'achille par la suite. J'ai dû modifier mes entraînements et je n'ai pu obtenir les résultats que je souhaitais. Cette année, mes entraînements vont mieux et j'espère finir l'hiver en santé.

Tu es toujours membre de ton club Le Zénix de la Mauricie. En tant que membre de l'équipe universitaire du Rouge et Or, est-ce que ton programme d'entraînement est différent de celui de tes coéquipiers universitaires?

Je m'entraîne souvent aux mêmes heures que mes coéquipiers du Rouge et Or. Nos entraînements sont parfois similaires, mais plus souvent qu'autrement, le coeur de l'entraînement est différent. Pierre Thibodeau, mon coach au club Zénix, communique souvent avec Félix (Lapointe) et les deux s'entendent bien. Je ne pense pas que tu peux performer sur trois saisons. On y va progressivement et quand je rentre dans une compétition, c'est parce que le travail est là et que je suis prêt à faire une bonne performance ou un PB.

Tu approches maintenant les meilleurs au Canada. Est-ce que tu crois pouvoir mêler les cartes pour la sélection olympique du steeple en 2016?

Si ça arrive, ça arrivera. Je prends les choses une course à la fois. Tu y penses sans y penser. Je me dis que si je suis rendu à ce point, ça arrivera. Pour le moment, je pense surtout à améliorer ma position au classement canadien. Mes objectifs de 2016 sont d'améliorer mes temps au steeple et au 1500 mètres. J'aimerais bien faire l'équipe canadienne pour le championnat NACAC.

Parlons entraînement. Quel est le volume hebdomadaire le plus élevé dans ton programme?

Le volume est assez constant. Pour moi, c'est le plus important. Ça peut varier de 110 km à 140 km par semaine. Le plus important est de ne pas me blesser. Même en été, je garde quand même la forme et je cours encore pas mal.

Tu viens de la même région qu'Alex Genest. Est-ce qu'il était une idole pour toi?

Je ne dirais pas une idole, mais plutôt un modèle. J'ai pu voir à quel point sa constance a fait de lui un bon athlète au cours de sa carrière. En l'observant, j'ai appris qu'il fallait que je sois patient et constant. Pierre (Thibodeau) a été son premier entraîneur et nous avons comparé sa progression avec la mienne. En 2008, il a couru le 3000 m en salle en 8:05. C'est à ce point que je suis rendu.

As-tu un commanditaire?

Non. À part ma famille et mes parents, je n'ai pas encore de commanditaire. Je commence à me demander qui voudrait bien s'associer à moi. Je me dis que ça viendra peut-être avec les performances...

On te le souhaite bien!

 

 

 

Toutes les nouvelles